Portail Lesbien

voixBetes.jpg Tasse de Thé POUR la Défense Animale
cineGay.jpgPETIT MEMENTO
des Festivals de Films LGBTQI
Jeanne.jpgJeanne Mag
Magazine Lesbien virtuel
Retrouvez Tasse de Thé sur les réseaux sociaux :
twitter.jpg     facebook.jpg
 

Peinture lesbienne
Juliette Gorges Coppen
C'est dans son environnement familier et dans des séries, comme The L word, que l'artiste puise son inspiration, intarissable...
Les athlètes lesbiennes et bis des J.O. d’hiver 2018
PyeongChang - Jeux Olympiques d'Hiver
Elles sont toutes sorties du placard publiquement...
Britney Spears reçoit un prix LGBTI
Merci Britney !
GLAAD, l'organisation LGBTI américaine, a annoncé mercredi que Britney Spears sera honoré avec le prix Vanguard de cette année...
Une lesbienne âgée qui a été "giflée et insultée" poursuit sa maison de soins !
Vieillir en rose

Une lesbienne de 70 ans a été poussée, giflée et avertie que «les homosexuels vont brûler en enfer» par les résidents de sa maison de santé...

Pont-Sainte-Maxence (Oise), un cerf sauvé de la chasse !
Bravo Monsieur le Maire !
Pont-Sainte-Maxence (60700) - Grâce à la réactivité de l'élu et à l'appui des services de l'état, l'animal a pu échapper à ses poursuivants, être soigné et retrouver la forêt...
«Désobéissance»
Entre amour et religion
Un Film d'amour /Lesbien avec Rachel Weisz et Rachel McAdams, sortira ce mois d'avril (USA)...
"Le jeûne, une nouvelle thérapie" Vidéo arte
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la Biodiversité*
Et s'il existait une alternative au "tout médicament" ? ...des médecins et chercheurs étudient les effets étonnants du jeûne sur les patients. Une enquête aussi rigoureuse que troublante. VIDÉO arte...
Pétition : NON aux silencieux à la chasse !!!
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la protection animale !
L'Association pour la protection des animaux sauvages lance une pétition CONTRE les armes à silencieux!

LESBI-SANTÉ

Prenez soin de vous
Les femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes pensent ne pas avoir besoin de tests de dépistage...  LESBI-Santé
Le côté sombre

drag king-2.jpg

Bien que cela puisse paraître surprenant de savoir que des lesbiennes travaillaient pour le compte de la Mafia, il faut se rappeler qu'il fut un temps où tous les clubs gay de New-York étaient gérés par des mafieux.

Dans un café de Chelsea, l'auteure et historienne Lisa Davis s'est penchée pour raconter des ragots vieux de 40 ans.

Lisa Davis est spécialisée sur cette période. Elle a également écrit "Under the Mink" un roman policier qui se déroule dans les années 1930 et 1940, et décrivant des lesbiennes et des drag kings officiant dans des clubs gérés par la mafia. Dans les années 1960, Lisa Davis, alors jeune universitaire lesbienne, a sympathisé avec ces femmes, ce qui lui a permis de retranscrire leur histoire dans son roman. J'ai discuté avec elle de son livre, de la mafia et du monde "merveilleux" des drag kings.

INTERVIEW : -"Votre livre dépeint une époque qui est très peu documentée aujourd'hui. Vous n'avez clairement pas l'âge de l'avoir vécue – qu'est-ce que vous avez appris au cours de l'écriture de votre roman ?

Lisa Davis : Je connaissais une femme qui s'appelait Gayle Krumpkin – elle prenait le nom de scène "Gayle Williams"quand elle jouait au Club 181. C'était en 1964, je crois. Elle et ses amies travaillaient dans des bars. On pourrait penser que c'était du suicide de travailler pour la mafia en tant que lesbienne, mais elle m'a confié que c'était la meilleure chose qu'il lui était jamais arrivé. Elle avait beaucoup de photos à me montrer, et j'ai pris pas mal de notes quand elle m'a parlé de son temps avec la mafia.

À l'époque, les personnes ouvertement gay pouvaient facilement se faire tuer. La mafia était là pour les protéger.

Vous pouvez parler des bars de l'époque?

Ces clubs ont été inaugurés à la fin des années 1930. La foire internationale de New York a été organisée dans ces eaux-là, en 1939. Le maire LaGuardia a toujours été très puritain, mais il avait vraiment l'intention de nettoyer la ville. Le souci, c'est que tous les problèmes qui gangrénaient Times Square se sont déplacés à Greenwich Village – quartier dont la police se contrefichait.

Les clubs gérés par la mafia étaient très élégants. On y croisait fréquemment des stars de cinéma. La plupart des bars du Village étaient lesbiens. Les mecs étaient plutôt du côté de la 3 ème avenue, tandis que les filles étaient sur la 6ème. Le Village appartenaient vraiment aux lesbiennes, parce que c'était le territoire des suffragettes.

Gayle Williams, au Club 181 - Comment ces femmes vivaient le fait de bosser pour la mafia? Buddy Kent [un autre drag king de l'époque] m'a raconté que les mafiosi étaient très gentils envers la communauté lesbienne. C'était juste après la Grande Dépression. À l'époque, les personnes ouvertement gay pouvaient facilement se faire tuer – mais la mafia les drag king-GayleWilliams.jpgprotégeaient.

Les filles bossaient souvent en tant que serveuses, mais certaines d'entre elles sont devenues de véritables stars. C'était le cas de Blackie Dennis, une crooneuse incroyable. Il lui arrivait aussi de faire des strip-teases, chez Jimmy Kelly et ailleurs. Mais la plupart étaient des serveuses, certaines des drag kings, et quelques-unes bossaient aussi comme strip-teaseuses ou prostituées. C'était pour ça que la mafia aimait bien ces filles : elles pouvaient facilement tomber dans la prostitution. Mais ça ne semblait pas les déranger non plus ! Il y avait tellement d'argent à se faire.

Alors, qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi les bars ont-ils fermé ?
La politique anti-mafia des années 1950 les ont décimés. De nombreux clubs ont fermé. Comment s'appelle ce type qui a écrit un bouquin sur la mafia, [Peter] Maas ? Il compare ça aux Démocrates et aux Républicains. Mais ils [le gouvernement] avaient besoin de se débarrasser de la Mafia parce qu'ils gagnaient beaucoup trop d'argent et ils ne pouvaient pas les contrôler. Oh, et la télévision. La télévision les a mis sur la paille. C'est la vie [ndt : en français dans le texte].

Qu'est-il arrivé aux femmes ?
- Eh bien, Gayle a déménagé en Floride. Pour s'y laisser mourir, en gros. Lentement mais avec grâce. Elle a survécu parce que les gens qu'elle avait connu 50 ans auparavant dans les clubs l'ont rejoint. C'était le seul endroit où aller. Et, une fois de plus, tout le monde était réuni. Toni la strip-teaseuse, Sully Sullivan — qui n'était pas une jolie fille, plutôt du genre caricature de butch. Elles étaient toutes là : Toni, Sully, Gayle, une fille qui s'appelait Augusta Cohen (alias Gus Cole), et un Bill ou quelque chose du genre. Tout ce qu'ils faisaient, c'était se réunir et parler des filles qui travaillaient pour la mafia.

Jackie Howe et Buddy Kent géraient un truc appelé le "Page 3", à l'angle de Charles Street et de la Septième Avenue. C'était un endroit immense. Maintenant c'est un rade mexicain je crois, mais c'était un vrai club du milieu des années 1950 jusqu'au milieu des années 1960. Les affaires marchaient bien jusqu'à l'arrivée de la télévision, selon Buddy.

Source vice.com - 07/07/2015  Article complet en VO.

 

Voir notre ancienne rubrique DRAG KING CULTUR


ATTENTION SVPLes Comptes TDT Non-Participatifs seront supprimés...
Merci de votre reconnaissance, de votre fidélité et votre soutien solidaire !
VOUS AIMEZ TASSE DE THÉ, PROUVEZ-LE! 
 

Vous aimez Tasse de Thé, PROUVEZ-LE !
Vos Inscriptions et PA restent en ligne (Gratis) env. 6 jours. Ensuite,
Merci de participer à la maintenance de votre TDT
Voir les Modalités 

Dernières Petites Annonces

Suite des PA  L-RENCONTRES

Catégories LEZANNONCES

Départements (dans la page) PLAN du SITE

Messages TDT

porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV bien géré sollicite vos 5 sens +le Feeling ! 
CONSEILS(Old TDT)
 

Zorra.jpg ►Publicité PARTENAIRES

►E-mails Invalides

ETHIQUE TDT

 
Quand les Drag kings travaillaient pour la Mafia... | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2018  ❘ Contact  ❘ Plan du site